"Quel est concrètement le statut des conducteurs recrutés par des sociétés boîtes aux lettres? - des esclaves modernes" 22/11/17

INTERVENTION I Lors d'une audition consacrée aux aspects sociaux du paquet mobilité le 22 novembre en Commission Transports du Parlement européen 

Lors de cet échange, plusieurs syndicats et fédérations ont pointé du doigt la crise à laquelle fait face le secteur déclarant qu’une régulation économique était nécessaire pour éviter la concurrence déloyale au sein de l’UE.

La FNTR a par exemple rappelé qu’en France, entre 1993 et 2013, la part du transport international en France (hors transit) était passée de 50% à 10%. Parallèlement, le cabotage a été multiplié par 5. Concernant le coût de l’heure de conduite, le différentiel entre la France et certains autres pays peut aller jusqu’à 70%.

De même, l’ETF a rappelé que tous les textes étaient interdépendants et que la priorité devait être donnée au respect des règles actuelles et au contrôle plutôt que de modifier ces règles. Citant une étude de la Commission, la fédération a déclaré que le transport routier était un des secteurs les plus flexibles de l’UE. Concernant les conditions de travail des routiers, le représentant de l’ETF n’a pas hésité à parler « d’esclavages modernes ».

La FNTR, l’ETF et un syndicat danois ont insisté sur l’urgence de mettre en place des tachygraphes numériques bien avant 2034. Tous trois ont soutenus l’idée d’une autorité européenne de contrôle du travail.

Selon un intervenant 30% des poids lourds sont aujourd’hui en infraction sur les routes, ce qui représentent 700 000 véhicules par jour sur 2 450 000 poids lourds !

Tout le programme : 
http://www.europarl.europa.eu/cmsdata/132660/programme-mobility-hearing-nov-2017.pdf

 

Twitter

Agenda

> Voir tout l'agenda

Newsletter



Recherche

Loading

Sites proches

 

 

 

© Karima Delli - www.karimadelli.eu
Réalisation: www.nizaruth.be - www.afd.be